Contenu

snesup-lr

Default screen resolution  Wide screen resolution  Augmenter la taille  Diminuer la taille  Taille par défaut 
Vous êtes ici :     Accueil
22 MARS 2018 : NI OUBLI, NI PARDON ! PDF Imprimer Envoyer

Le 22 mars 2018 a vu défiler partout en France des centaines de milliers de personnes contre les réformes du gouvernement. Fonctionnaires, cheminot·e·s, étudiant·e·s et retraité·e·s étaient appelé·e·s à une journée de grève et de manifestation par sept syndicats (CGT, FO, FSU, CFTC, Solidaires, FA-FP et CFE-CGC) pour défendre les services publics, les salaires, les statuts, l'emploi ainsi que les retraites. Concernant l’enseignement supérieur et la recherche, une forte mobilisation était déjà en cours depuis plusieurs semaines dans les universités et les lycées contre La loi « Vidal » sur l’Orientation et la Réussite des Étudiants et la réforme du baccalauréat.

Lire la suite...
 
Communiqué des organisations syndicales et de jeunesse - CGT, FO, Solidaires, FSU, UNEF, UNL, UNL SD PDF Imprimer Envoyer
  

MANIFESTONS LE 19 MARS

14 HEURES A MONTPELLIER 

Départ Léon Blum, arrivée Peyrou


La situation sociale en France est marquée par l’expression diverse et multiple d’un mécontentement social grandissant, par l’aspiration à une véritable justice sociale et fiscale, par la dénonciation des reculs sur les libertés publiques comme individuelles. Le mouvement des gilets jaunes est l’expression récente de cette profonde crise sociale.

Alors que les annonces faites par le PrĂ©sident de la rĂ©publique ou son gouvernement n’ont pas rĂ©pondu aux attentes, alors que des lois portant atteinte aux libertĂ©s syndicales et de manifester sont votĂ©es, que les prix des produits de consommation courante continuent Ă  la hausse, que la suppression de l’ISF  n’est pas remise en cause, que le chĂ´mage progresse… En parallèle, le patronat, particulièrement celui des grands groupes, porte lui aussi une grande responsabilitĂ© dans l’exaspĂ©ration sociale. C’est dans les entreprises et dans les services publics que les salariĂ©-es sont considĂ©rĂ©-es comme un coĂ»t et non pour ce qu’ils/elles sont : une richesse. C’est lĂ  que les conditions de travail se dĂ©gradent.

Lire la suite...
 
Retrait du projet de hausse des frais d'inscription pour les Ă©tudiants PDF Imprimer Envoyer

ConformĂ©ment Ă  l’appel du 18 janvier, les organisations signataires appellent :

A se mobiliser

  • · Mercredi 13 fĂ©vrier, 12h30:      rassemblement sur le site Richter (UM),
  • · Mercredi 20 fĂ©vrier, 12h15 :     rassemblement sur le site Saint-Charles (UPV),
    • · Mercredi 27 fĂ©vrier, 12h30 :     projection-dĂ©bat de « Etudiants, l’avenir Ă  crĂ©dit Â», site Triolet (UM),

  • · Mardi 12 mars, 12h15 :     rassemblement devant le Rectorat, rue de l'UniversitĂ©.

Signataires nationaux : A&I-UNSA, CGT-FERCsup, CGT-INRA, FAGE, FCPE, FO-ESR, SGEN-CFDT, SGEN-CFDT recherche EPST, SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNEP-FSU, SNESUP-FSU, SNPTES, SNTRS- CGT, Solidaires Etudiant·e·s, SUD Education, SUD recherche EPST, UNEF, UNSA ITRF-BI-O

Premiers signataires Ă  Montpellier : CEI, CGT des UniversitĂ©s de Montpellier, FO ESR, SCUM, SNTRS CGT, SNESUP-FSU, SNPTES, SUD Education, SUD recherche EPST, UNSA

 
LES PERSONNELS DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE ONT TOUTES LES RAISONS DE MANIFESTER LE 5 FÉVRIER PDF Imprimer Envoyer

Compte tenu de la situation exceptionnelle, les organisations signataires réunies mercredi 30 janvier appellent à construire la mobilisation sur des revendications communes avec toutes celles et ceux qui luttent aujourd’hui. Il y a urgence, à faire grandir le mouvement social pour plus de justice sociale, environnementale et fiscale.
Les organisations signataires s’opposent à l’austérité budgétaire imposée par le MESRI. Celle-ci conduit d’une part à une baisse de l’emploi scientifique et à une détérioration de nos conditions de travail et d’autre part à imposer une hausse des frais d’inscription dans les formations de l’enseignement supérieur pour faire
porter la charge du financement sur les jeunes et leur famille.
Lire la suite...
 
Détricotage de l'enseignement supérieur par la ministre PDF Imprimer Envoyer

La ministre F. Vidal offre le grade de licence aux bachelors - En marche vers la licence payante et la baisse de financement des IUTs

Madame la Ministre Frédérique Vidal vient de saisir deux présidents d’université, Jacques Biot et Patrick Lévy, de la question de la reconnaissance des bachelors au grade de licence, lequel est une condition nécessaire de l’accès au cycle master. Il s'agit de proposer « des pistes pour définir un dispositif d’évaluation » des bachelors et « examiner les conditions de délivrance d’un grade de licence qui pourrait permettre à certains de ces diplômes d’établissement de gagner en visibilité et en attractivité ».

Au moment même où la concertation professionnalisation initiée par la Ministre et pilotée par R. DALLE (ADIUT) et F. GERMINET (CPU) va rendre ses conclusions, cette annonce est une provocation !

Lire la suite...
 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 de 26