Contenu

snesup-lr

Default screen resolution  Wide screen resolution  Augmenter la taille  Diminuer la taille  Taille par défaut 
Vous êtes ici :     Accueil
Le projet LPR ne répond pas aux revendications des personnels et des étudiant·es, il doit être abandonné ! PDF Imprimer Envoyer

EN_TETE_INTERSYND09092020


L'épidémie de la COVID-19 et sa gestion par le gouvernement ont un impact considérable sur notre système d'enseignement supérieur et de recherche. La rentrée universitaire 2020 s'annoncecatastrophique, avec des dizaines de milliers de nouveaux étudiant·es dans le supérieur sans que les universités n'aient les moyens de les accueillir. Cette situation est notamment le résultat de plus de dix ans de restrictions sur le nombre de postesd'enseignant·es-chercheur/ses, de personnels ingénieur·es,technicien·nes, administratif/ves, ouvriers, de bibliothèque... Il aurait fallu recruter des dizaines de milliers d'agents et construire de nouveaux locaux depuis longtemps ; c'est d'autant plus prégnant et urgent maintenant que les conditions sanitaires nécessitent de dédoubler les amphis, les TD et TP ! Dans la recherche publique, les moyens manquent pour permettre aux laboratoires de relancer les recherches qui ont été mises entre parenthèses pendant les mois du confinement. Faute des postes de chercheur/ses et ingénieur·es et technicien·nes, la plupart des jeunes dans la recherche ont pour seul horizon l'incertitude, avec au mieux, la précarité de l'emploi.

C'est dans ce contexte que le gouvernement veut faire passer à la hâte au parlement, dès le 21 septembre, la loi de programmation de la recherche (LPR) rédigée avant la pandémie, dont le contenu est à l'opposé des revendications du personnel, et sans tirer aucune leçon de la situation actuelle. La COVID-19 a mis en évidence la nécessité de renforcer le service public. Des postes stables (dans le cadre du statut de la fonction publique) doivent être créés pour répondre aux besoins de l'enseignement supérieur et la recherche (ESR).

Pourquoi nous opposons-nous au projet de LPR ?

Lire la suite...
 
Le 08/07 contre la LPPR à la Comédie à 18h! PDF Imprimer Envoyer
La loi de programmation de la recherche (LPPR) contre laquelle nous nous battons depuis fin 2019 devait être examinée en Conseil des ministres ce 8 juillet.
Nul doute sur les intentions du nouveau gouvernement : Frédérique Vidal reste ministre de l'ESR, et la nomination d'Amélie de Montchalin au nouveau "Ministère de la Transformation et de la Fonction publiques" (sic) laisse présager d'un renforcement de la politique de sape de notre service public.

Ce mercredi 8 juillet, nous vous invitons Ă  nous rejoindre.
Lire la suite...
 
Projet de loi LPPR : RdV le 8 juillet, 18h, place de la Comédie; revers de la ministre au CT-MESR PDF Imprimer Envoyer

Si le ministère s'entête, il prévoit de présenter le projet de loi LPPR
le 8 juillet en conseil des ministres.

Ce jour-lĂ , la coordination nationale et nos syndicats appellent Ă  se mobiliser.

A Montpellier, nous vous proposons de nous rassembler Ă 
18h sur la place de la Comédie
.
Nous y alerterons la presse et le grand public.

NON, la LPPR ne passera pas !

______________________________________

Projet de «Loi de programmation pluriannuelle de la recherche» (LPPR) :
Au CT-MESR du 25 juin 2020, le Ministère (MESRI) subit un nouveau revers.

 

Lire la suite...
 
Projet de « Loi de programmation pluriannuelle de la recherche » (LPPR) : le Ministère (MESRI) subit un nouveau revers. PDF Imprimer Envoyer

Alors que 200 personnes mobilisées pour le retrait du projet de loi LPPR étaient de nouveau rassemblées devant le ministère et que des rassemblements se tenaient en région, le Comité technique du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche (CT-MESR) du 25 juin a voté contre le projet LPPR : 7 contre (CGT, FSU, FO, SUD), 5 pour (SNPTES, UNSA) et 3 abstentions (CFDT).

Après le rejet par le Conseil supérieur de la Fonction publique d’État (CSFPE : contre : CGT, FO, FSU, pour : UNSA, abstention : CFDT), et après le vote de l’avis au Conseil économique et social environnemental (CESE : 92 votants, 81 pour l’avis et 11 abstentions), c’est une nouvelle marque du refus de la LPPR de la part de la communauté universitaire et de recherche.
Lire la suite...
 
LPPR : le ministère change les règles du jeu, deux jours avant la tenue d’un CNESER qui n’aurait par ailleurs jamais dû être convoqué ! PDF Imprimer Envoyer

En plein état d’urgence sanitaire, alors que le gouvernement a été désavoué par le Conseil d’État sur l’interdiction des rassemblements, que les universités demeurent fermées aux usager·es et leur accès très limité aux personnels, le CNESER, le CTMESR et le CTU sont convoqué·es pour débattre et soumettre des avis sur le projet de LPPR très largement contesté. Ces convocations, dans le contexte actuel, constituent une provocation et manifestent le mépris du ministère pour les personnels de l'enseignement supérieur.

 

Lire la suite...
 
<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 7 de 44