Contenu

snesup-lr

Default screen resolution  Wide screen resolution  Augmenter la taille  Diminuer la taille  Taille par défaut 
Vous êtes ici :     Accueil Articles UM Actions locales un budget de rigueur
PDF Imprimer Envoyer

Or, de dĂ©bat, il n'y en eu pas ; non pas parce que la direction de l'universitĂ© l'a empĂŞchĂ©, mais bien parce que les Ă©lus ne se sont pas emparĂ©s de cette question pourtant problĂ©matique ! Au final, le vote a eu lieu sans question soulevĂ©e par la grande majoritĂ© des Ă©lus avec le rĂ©sultat suivant : 3 votes contre ce budget (les Ă©lus FSU, SUD-CGT et UNEF), une abstention et 18 votes pour.

Nos organisations syndicales ne pouvant se rĂ©soudre Ă  une telle apathie ont alors proposĂ© la motion  suivante :

« VoilĂ  maintenant plusieurs mois que la nouvelle loi Enseignement SupĂ©rieur et Recherche a Ă©tĂ© votĂ©e. Dans la continuitĂ© de la LRU, elle consacre l'autonomie budgĂ©taire des UniversitĂ©s sans en rĂ©gler les problèmes de sous-financement. Comme ailleurs, notre UniversitĂ© manque de moyens pour l'accomplissement de ses missions de service public. Cela rend caducs les objectifs annoncĂ©s par le PrĂ©sident de la RĂ©publique visant Ă  faire de la jeunesse, de l'Ă©ducation et de la sociĂ©tĂ© de la connaissance une grande prioritĂ© nationale.

L'état très dégradé de nos finances nous pousse à adopter un budget de rigueur qui, notamment pour préserver l'emploi public, se traduit par la réduction de l'offre de formation, l’augmentation du nombre d'étudiants en TD et TP au-delà du raisonnable, la baisse des investissements, la non-exécution de travaux de maintenance, la non-reconduction d'emplois contractuels... Cela se traduit par une dégradation des conditions d'étude et de vie des étudiants, et d'exercice des personnels donnant lieu à de plus en plus de situations de souffrance au travail.

 Nous demandons donc solennellement Ă  l’État d'assumer ses responsabilitĂ©s vis-Ă -vis des UniversitĂ©s et Ă  revoir les financements qui leur sont accordĂ©s. Â»

Le vendredi 13 décembre, les administrateurs de l’Université Montpellier 2 ont voté à l’unanimité cette motion. Cela montre bien le désaccord de notre communauté universitaire avec la politique du gouvernement. Aussi, au lieu de la subir avec résignation, nous appelons tous les personnels et les usagers de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche à se mobiliser.