Contenu

snesup-lr

Default screen resolution  Wide screen resolution  Augmenter la taille  Diminuer la taille  Taille par dfaut 
Vous êtes ici :     Accueil Articles UM Intersyndical de l'UM2 Grève interprofessionnelle Jeudi 9 avril
PDF Imprimer Envoyer

Tous en grève interprofessionnelle !
Manifestation le 9 avril à 10h à la Comédie

Le 9 avril, C.G.T., F.O., Solidaires et F.S.U appellent l’ensemble des salariés du public et du privé à faire grève contre « le pacte de responsabilité, la rigueur budgétaire, la réforme territoriale, [...] la loi Macron, [qui] aggravent la situation des salariés, des retraités et des chômeurs ». Nos organisations se félicitent de cet appel.

Laustérité, dans nos établissements (universités, labo de recherche, services),

cest quoi au niveau national ?

 

— Les rémunérations stagnent depuis des années. La précarité continue à miner le secteur. Les personnels voient leurs conditions de travail se dégrader quotidiennement (stress, harcèlement, burn out...).

— Les établissements ferment des formations, gèlent des postes de fonctionnaires, licencient des contrac­tuels, suppriment les postes dATER… le tout dans le cadre de fusions d’universités. La création à marche forcée des Communautés d’universités et d’établissements (ComUE) et la réforme du C.N.R.S. dictée par le Contrat d’objectif organisent la régionalisation et la privatisation de l’E.S.R.

Ces dégradations sont principalement les conséquences de « lautonomie » des établissements (Responsa­bi­lité et compétences élargies, loi L.R.U.-Pécresse), de la restructuration de l’E.S.R. (loi L.R.U.-Fioraso, regroupe­ments d’établissements) et des sévères coupes budgétaires.

 

Sur Montpellier, laustérité, cest :

Les conséquences de la fusion U.M. 1-U.M. 2 sont catastrophiques, les personnels sont obligés de postuler à leur propre poste, des menaces existent quant aux personnels sur des emplois « fonction support ». La réorganisation a entrainé de nombreux stress chez les personnels. Les budgets adoptés par les C.A. à l’U.M. 1, 2 et 3 ont tous subis des coupes claires dans leur budget. Ainsi, des milliers dheures sont supprimés en master à l’U.M. 3, les crédits récurrents de nombreux labos ont été baissés. Certains bâtiments et sanitaires sont en situation de délabrement. Des centaines de précaires (au C.N.R.S., au CROUS, dans les universités) sont dégagés des services pour éviter d’avoir à la CDIser ou leur faire passer un concours réservés... pour embaucher d’autres personnels précaires !

Voilà ce qu’entraînent le pacte de responsabilité et ses 50 milliards d’économies. Ce n’est pas terminé : la commission européenne demande au gouvernement 4 milliards d’économies supplémentaires en 2015, et 30 milliards d’ici à 2017 !

Par la grève, tous ensemble, obtenons :

— hausse immédiate des salaires,
— plan de recrutement de fonctionnaires pour résorber la précarité,

— arrêt des restructurations dans l’enseignement supérieur et la recherche : halte aux ComUE et aux fusions,

— abrogation des lois L.R.U. et E.S.R., développement du service public national sur l’ensemble du territoire,

— maintien du réseau des CROUS, maintien des E.P.S.T. et des statuts nationaux de fonctionnaires d’État, défense de la Sécurité sociale,
— arrêt des exonérations de cotisations patronales,
— retrait du Pacte de responsabilité, et du projet de loi Macron.


Heures d'information syndicale :
Université Paul-Valéry, salle B 308               le jeudi 2 avril à 13h

C.N.R.S.,                             amphi DR13             le mardi 7 avril à 13h